CO2 anthropique

Le carbone est composé de trois isotopes: le carbone 12, 13, et 14. Le carbone-12 est de loin le plus abondant, le carbone-13 représente environ 1%, et le carbone-14 seulement 1 sur 1 milliard d’atomes de carbone dans l’atmosphère.

Rapport isotopique du carbone-13 atmosphérique mesuré à Cape Grim, Tasmanie
Rapport isotopique du carbone-13 atmosphérique mesuré à Cape Grim, Tasmanie

Le CO2 produit par la combustion des combustibles fossiles ou du bois a une composition isotopique différente du CO2 de l’atmosphère, parce que les plantes ont une préférence pour les isotopes les plus légers, ce qui abaisse le rapport isotopique carbone-13/carbone-12. Étant donné que les combustibles fossiles proviennent des plantes, ils ont tous à peu près le même rapport isotopique – environ 2% inférieur à celui de l’atmosphère. Comme le CO2 provenant des gaz de combustion se mélange au CO2 atmosphérique, il en abaisse le rapport isotopique.

Concentration du CO2 d’origine anthropique dans l’atmosphère.

Production d’énergie primaire dans le monde
Production d’énergie primaire dans le monde

Le pourcentage du CO2 biogénique (par opposition au CO2 provenant des océans ou des volcans) se déduit du rapport isotopique du carbone-13, connaissant la consommation mondiale de combustibles fossiles, charbon, pétrole et gaz (http://www.tsp-data-portal.org/Energy-Production-Statistics#tspQvChart).

Considérant les rapports isotopiques du charbon (αc=-25 ‰), du fioul domestique (αo=-26,5 ‰), du gaz naturel (αg=-45 ‰) et la quantité de CO2 (ppmv = partie par million en volume pour 100.000 TWh) émise par le charbon (ηc=4,24), le fioul domestique (ηo=3,35) et le gaz (ηg=2,54) la déplétion du 13CO2 dans l’atmosphère, due aux gaz de combustion, est :

13CO2combustion = ∑i=1,N[Cci× αc× ηc+ Coi× αo× ηo+ Cgi× αg× ηg]                      (1)

où Cci , Coi , Cgi représentent la consommation au cours de l’année i du charbon, du fioul domestique et du gaz. N est la durée de vie dans l’atmosphère (en années) du 13CO2.

Ajustement de la durée de vie du CO2 atmosphérique (le rapport isotopique du 13CO2 atmosphérique d’avant l’ère industrielle considéré est -7 ‰)
Ajustement de la durée de vie du CO2 atmosphérique (le rapport isotopique du 13CO2 atmosphérique d’avant l’ère industrielle considéré est -7 ‰)

Pour exprimer la déplétion de 13CO2 dans l’atmosphère il faut ajouter à 13CO2combustion la contribution du 13CO2naturel provenant des océans et des volcans :

13CO2naturel = [CO2total-∑i=1,N[Cci× ηc+ Coi× ηo+ Cgi× ηg]]× αn                          (2)

où αn est le rapport isotopique du carbone de l’atmosphère avant la révolution industrielle, de l’ordre de -6,5 à -7 ‰. En comparant 13CO2naturel au 13CO2 mesuré, produit de la teneur en CO2 de l’atmosphère par le rapport isotopique du carbone-13, on en déduit la durée de vie N du 13CO2: N = 5 à 8 ans selon le rapport isotopique d’avant l’ère industrielle considéré.

Cette durée de vie du 13CO2 provenant des gaz de combustion correspond à la durée des échanges entre l’atmosphère et les différents réservoirs (océans, biosphère) jusqu’à l’uniformisation de la signature isotopique du dioxyde de carbone par suite de l’interchangeabilité des molécules 13CO2 et 12CO2.

Les variations de la concentration du dioxyde de carbone observé et modélisé (N’=30 années) : année de référence=1850.
Les variations de la concentration du dioxyde de carbone observé et modélisé (N’=30 années) : année de référence=1850.

Pour obtenir la durée de vie du CO2 des gaz de combustion dans l’atmosphère, il faut calculer sa réponse impulsionnelle, c’est-à-dire la réponse de l’atmosphère à un pulse de dioxyde de carbone jusqu’à la disparition complète de ses effets. La forme la plus simple de cette réponse impulsionnelle est la fonction rectangle Rec(t) telle que :

Rec(t)=1 si 0≤t≤N’, Rec(t)=0 si t<0 ou t>N’                (3)

où N’ est la durée (en années) de la réponse impulsionnelle (la concentration en dioxyde de carbone provenant du pulse est maintenue durant cette période). Considérer une réponse impulsionnelle rectangulaire revient à supposer que la concentration en dioxyde de carbone provenant du pulse est maintenue durant toute cette période jusqu’à sa disparition complète.

Résidu de l’équation (4) avec la contrainte (5) et aire de la réponse impulsionnelle IT du CO2 atmosphérique à la température en fonction de la durée de vie N’ du CO2 atmosphérique.
Résidu de l’équation (4) avec la contrainte (5) et aire de la réponse impulsionnelle IT du CO2 atmosphérique à la température en fonction de la durée de vie N’ du CO2 atmosphérique.

Le dioxyde de carbone provenant de 2 sources, des gaz de combustion d’une part et du dégazage des océans suite au réchauffement des ondes gyrales aux moyennes latitudes d’autre part, le calcul de N’ revient à résoudre le système linéaire :

∆CO2obs = IT*∆T+∑i=1,N’[Cci× ηc+ Coi× ηo+ Cgi× ηg]            (4)

où le signe * représente le produit de convolution. Au temps t, IT*∆T = ∑i=1,N’’IT(i).∆T(t-i) où N’’ est la durée de la réponse impulsionnelle de l’atmosphère à un pulse de température (une augmentation de la température durant une année). ∆T est la variation de la température globale considérée ici comme représentative des anomalies de la température de la surface des océans aux moyennes latitudes.

La résolution de (4) consiste à calculer la réponse impulsionnelle IT(t) positive :

IT(t) ≥ 0 si 0 ≤ t ≤ N’’, IT(t) = 0 si t<0 ou t>N’’                                                          (5)

et la durée de vie N’ du CO2 d’origine anthropique de manière à réduire l’écart quadratique moyen (le résidu) entre les deux membres, le CO2 observé et modélisé. Le résultat de ce calcul de déconvolution permet d’obtenir N’=30 ans. De manière plus précise, la température n’intervient pas à cette échelle de temps (l’aire de la réponse impulsionnelle est nulle) et l’augmentation constatée du dioxyde de carbone atmosphérique depuis 1850 est entièrement imputable aux gaz de combustion. Ce résultat n’est pas surprenant car l’analyse isotopique de la carotte de glace Vostok montre que l’émission de CO2 suite au dégazage des océans intervient plusieurs centaines d’années après une hausse de la température moyenne globale.

Interprétation des résultats

Flux net du CO2 au-dessus des océans (T. Takahashi et al., 2002, http://www.ldeo.columbia.edu/~csweeney/papers/taka2002.pdf)
Flux net du CO2 au-dessus des océans (T. Takahashi et al., 2002, http://www.ldeo.columbia.edu/~csweeney/papers/taka2002.pdf)

La durée de vie du CO2 atmosphérique est imposée par sa solubilité dans l’eau de mer, solubilité qui décroit lorsque la température augmente. Un flux est établi entre les océans tropicaux, qui dégazent, et les moyennes latitudes, qui dissolvent, en bénéficiant des vents d’altitude.

L’équilibrage rapide de la composition isotopique de l’atmosphère n’implique que la couche superficielle des océans et la biosphère (échange de molécules 13CO2 et 12CO2) alors que la séquestration du dioxyde de carbone atmosphérique intervient plus en profondeur de la couche de mélange des océans, l’acide carbonique se transformant en bicarbonates, puis en carbonates qui précipitent.

Les variations de la concentration du dioxyde de carbone (N’=30 années) dans l’hypothèse où les émissions se stabiliseraient en 2013 (année de référence=1850).
Les variations de la concentration du dioxyde de carbone (N’=30 années) dans l’hypothèse où les émissions se stabiliseraient en 2013 (année de référence=1850).

Ainsi les durées très contrastées des réponses impulsionnelles de 13CO2 et de CO2 reflètent les différents mécanismes impliqués. Ni la biosphère ni la surface des océans ne piègent durablement le CO2 atmosphérique, qu’il produise de la biomasse grâce à la photosynthèse car il est entièrement restitué au cours des processus de minéralisation après la mort des végétaux (à l’exception des alcanes formés au fond des océans et des fjords à partir du phytoplancton, ainsi que de la tourbe), ou qu’il soit absorbé par la surface des océans en raison du dégazage.

L’enrichissement de l’atmosphère en CO2 anthropique provient de l’augmentation des émissions. Supposons que ces émissions se stabilisent à leur niveau de 2013. L’augmentation de la concentration du CO2 anthropique se poursuivrait dans ce cas jusqu’en 2043 pour atteindre 150 ppmv. Au-delà de cette date un régime stationnaire s’établirait, le CO2 émis se transformant progressivement en carbonates et en matières organiques (alcanes, tourbe). Notons que cette valeur limite de 150 ppmv ne dépend pas de la forme de la réponse impulsionnelle, mais seulement de son aire. Elle indique que, dans l’hypothèse où les émissions se seraient stabilisé en 2013, la concentration de CO2 anthropique dans l’atmosphère serait plus de moitié de celle du CO2 naturel (la concentration du CO2 atmosphérique était de 285 ppmv en 1850). Cet accroissement de la teneur en CO2 de 150 ppmv serait inférieur aux émissions cumulées qui seraient de 325 ppmv en 2043. C’est donc que près de la moitié du CO2 d’origine anthropique émis depuis le début de l’ère industrielle aurait été séquestré.
L’évolution future de la concentration du CO2 atmosphérique s’établit facilement à partir des hypothèses sur les émissions anthropiques exprimées en ppmv par an et en cumulant les émissions annuelles au cours des 30 dernières années. Tout laisse à penser qu’elle va continuer à augmenter au rythme actuel pendant encore de nombreuses années, et ceci quelles que soient les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre mises en œuvre par les différents états.

2 réflexions au sujet de « CO2 anthropique »

  1. Bonjour, merci pour cet article.
    Je ne suis pas scientifique et du coup je ne suis pas sûre d’avoir tout compris: est-ce que oui ou non l’augmentation du CO2 anthropique dans l’atmosphère est la cause du réchauffement global visible actuellement ? Car j’ai lu un article qui disait qui disait que non, qu’en réalité c’était dû à l’augmentation de l’activité et des vents solaires.

    D’avance merci pour votre réponse.

    Cordialement

    Kler

    J'aime

    1. L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère depuis les débuts de l’ère industrielle, et qui provient des gaz de combustion, est responsable d’une partie seulement du réchauffement, 1/3 environ. L’article a pour objet de proposer une alternative au réchauffement anthropique en mettant en évidence un phénomène de résonance d’ondes ‘gyrales’ autour des gyres sous-tropicaux sous l’effet du forçage solaire et orbital. Ces gyres ont la propriété d’emmagasiner la chaleur ou, au contraire, de la restituer comme ceci s’est produit au cours de la seconde moitié du 20ème siècle.
      Cordialement,

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s